Mot-clé : niches

Tous les mots-clés

vendredi 15 juin 2018

Crénom de noms

"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon péché, mon âme. Lo-lii-ta: le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper, à trois, contre les dents. Lo. Lii. Ta.
Le matin, elle était Lo, simplement Lo, avec son mètre quarante-six et son unique chaussette. Elle était Lola en pantalon. Elle était Dolly à l'école. Elle était Dolores sur les pointillés. Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita."

Vladimir Nabokov, Lolita, 1955

prenomblog.jpg©l'Express

Lire la suite...

mercredi 17 janvier 2018

Grave

"Des outils. Les outils du graveur en bois sont la pointe à graver, les fermoirs & gouges, le trusquin, l’entaille, le maillet, le racloir, l’équerre, les regles simples & paralleles, la fausse regle, le compas simple & à plusieurs pointes, les porte-crayons, un marteau leger, le garde-vûe, la mentonniere, la petite brosse, la presse à tremper le papier, une petite balle, une pierre à huile, une pierre douce, une meule de grais montée, un petit broyon, un marbre, un rouleau garni de drap, un étau, des scies à main, une varlope, un rabot, un valet, & un établi solide."

"Gravure sur bois", Encyclopédie, Diderot & d'Alembert

grave.jpg© Le Tampographe Sardon

Lire la suite...

mercredi 10 janvier 2018

Statu(e) quo

"L’œuvre finit par être très simple. (...) Il utilisa de la céruse pour les zones les plus lumineuses puis la repassa avec des touches de blanc de titane. Il fixa et modela ses cheveux en une masse de blanc homogène de façon qu'ils collent a sa tête. (...) Le 22 mai, il tatoua sa signature sur sa cuisse gauche."

José Carlos Somoza, Clara et la pénombre, 2001

Leo-3.jpg© Léo Caillard

Lire la suite...

samedi 6 janvier 2018

Mais d'où ?

"Certains noms de villes, Vézelay ou Chartres, Bourges ou Beauvais servent à désigner, par abréviation, leur église principale. Cette acception partielle où nous le prenons si souvent, finit - s'il s'agit de lieux que nous ne connaissons pas encore - par sculpter le nom tout entier qui dès lors, quand nous voudrons y faire entre l'idée de la ville - de la ville que nous n'avons jamais vue, - lui imposera - comme un moule - les mêmes ciselures, et du même style, en fera une sorte de grande cathédrale."

Marcel Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1919

LABYRINTHE.gif

Lire la suite...

dimanche 24 décembre 2017

AntiMythes

"Le mythe est au contraire un langage qui ne veut pas mourir : il arrache aux sens dont il s'alimente une survie insidieuse, dégradée, il provoque en eux un sursis artificiel dans lequel il s'installe à l'aise, il en fait des cadavres parlants."

Roland Barthes, "Le mythe, aujourd'hui", Mythologies, 1957

MYTHE.jpg © Gérard Garrouste / Musée de la chasse et de la nature

Lire la suite...

vendredi 1 décembre 2017

L'eau à la bouche

"Les tripes furent copieuses, comme entendez : et tant friandes estoient que chascun en leichoit ses doigtz. Mais la grande diablerie à quatre personnaiges estoit bien en ce que possible n'estoit longuement les reserver. Car elles feussent pourries. Ce que sembloit indecent. Donc fut conclud, qu'ilz les bauffreroient sans rien y perdre."

François Rabelais, "Comment Gargamelle estant grosse de Gargantua mengea grand planté de tripes", La vie treshorrificque du grand Gargantua, père de Pantagruel, 1547


lgb.jpg

Lire la suite...

samedi 7 octobre 2017

L'Amérique, de bas en haut

"Nous posons un peu dans chaque cité chaque ville,
Nous traversons le Kanada, le Nord-Est, la vaste vallée du Mississippi, les États du Sud,
Nous conférons d'égal à égal avec chacun des États,
Nous sommes nos propres juges, invitons les femmes les hommes à écouter,
Nous nous disons à nous-mêmes : Souviens-toi, ne crains rien, sois droit, promulgue le corps et l'âme,
Pose un instant passe ta route, sois copieux, tempéré, chaste, magnétique,
Ce que tu diffuseras reviendra comme les saisons reviennent,
Aura peut-être un jour l'importance des saisons."

Walt Whitman, Feuilles d'herbe, 1819-1892


USA1.jpg

Lire la suite...

vendredi 14 juillet 2017

Pourquoi revenir ?

"Souvent j'imaginais que je partais. Je me voyais monter dans un de ces trains de nuit, au moment où le convoi ralentissait à cause de travaux sur la voie. J'avais un bagage très réduit, ma montre avec les aiguilles phosphorescentes et mon livre de géographie.", Antonio Tabucchi, Le jeu de l'envers, 1988

chine110.jpg© Louis Boulet

Lire la suite...

samedi 1 juillet 2017

Nuit et Jour

"L'écluse commence à pivoter lentement sur la fin de la nuit. Et puis c'est tout le paysage qui se ranime et se met à travailler. Les berges se séparent du fleuve tout doucement, elles se lèvent, se relèvent des deux côtés de l'eau. Le boulot émerge de l'ombre. On recommence à tout voir, tout simple, tout dur."
Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, 1932


Rene_Magritte_The_Empire_of_Light_II.jpg
© 2017 C. Herscovici, Brussels/Artists Rights Society (ARS), New York

Lire la suite...

mercredi 14 juin 2017

Rêve américain

"A trente ans, j'étais un membre respecté de la confrérie des yeggs. Ce voleur dont on ne sait rien. Silencieux, méfiant, dissimulé ; un voyageur sans attache, un "travailleur" de la nuit qui fuit la lumière, s'éloigne rarement des siens et reste sous la surface."

Jack Black, Personne ne gagne, 1929


337005d3-93bd-4528-8988-2442ea58fdf5.jpg

Lire la suite...

jeudi 1 juin 2017

Mortel, l'ennui ?

"Je mange, et baille, et lis, rien ne me passionne...
Bah ! Couchons-nous. - Minuit. Une heure. Ah ! chacun dort !
Seul, je ne puis dormir et je m'ennuie encor."

Jules Laforgue, "Spleen", 1880


stranger_than_paradise_1.jpg© Jim Jarmusch

Lire la suite...

vendredi 7 avril 2017

Heart of Darkness

"Le 22 septembre 1887, le World me donna pour mission de me faire interner dans l'un des asiles de fous de New York. Mon rédacteur en chef, Joseph Pulitzer, souhaitait que je décrive en termes simples et directs les soins apportés aux patientes, les méthodes de la direction, etc. Mais avais-je les nerfs suffisamment solides pour supporter pareille épreuve ? Serais-je capable de me faire passer pour folle auprès des médecins ? D'évoluer une semaine entière au milieu des malades mentales sans que les autorités ne découvrent que je ne suis qu'une "moins que rien armée d'un calepin" ? Oui, j'avais foi en mes talents d'actrice et me sentais de taille à feindre la démence d'un bout à l'autre de mon séjour. Pourrais-je passer sept jours à l'asile d'aliénées de Blackwell's Island ? J'en étais convaincue. Et j'ai tenu parole." Nellie Bly, 10 jours dans un asile - Reportage, 1887The_Wire_S5.jpg © Home Box Office, Inc.

Lire la suite...